Mercredi 31 mars 2021

Covid: Anne Hidalgo demande la fermeture des écoles à Paris

POOL/AFP/Archives - Jacques WITT

La maire de Paris Anne Hidalgo a demandé mercredi la fermeture des écoles dans la capitale, au vu de la situation sanitaire "très grave" et de la "désorganisation très grande" dans les établissements.

"Il y a besoin de prendre une mesure qui freine", a-t-elle estimé sur BFMTV et RMC, à deux semaines et demie des vacances scolaires en Ile-de-France.

"Je pense que les écoles doivent être fermées car c'est une désorganisation très grande aujourd'hui", a-t-elle fait valoir en indiquant qu'"environ 20.000 élèves" n'étaient aujourd'hui "pas en classe soit parce qu'ils sont malades, soit parce que les classes sont fermées", celles-ci étant au nombre de 850.

Le taux d'incidence du Covid-19 chez les 15-19 ans est de 850 pour 100.000 à Paris, a-t-elle aussi précisé, en rappelant que la situation est "très grave" en Ile-de-France, avec "1.500 personnes en réanimation" à l'hôpital.

Elle a reconnu qu'une fermeture anticipée des écoles, avec des parents obligés de garder les enfants à la maison, serait "encore un coup très très dur pour l'économie, pour beaucoup de personnes".

Elle a appelé à accompagner cette mesure par davantage de télétravail, car "on n'est pas encore au maximum de ce qu'on peut faire" à ce sujet, et à "absolument accélérer" sur la vaccination, car les "16.000 personnes vaccinées en moyenne à Paris par semaine depuis dix semaines, c'est rien du tout par rapport à la population" totale de la capitale, qui est aujourd'hui vaccinée à hauteur de 14% selon elle.

Alors que se tient un Conseil de défense dans la matinée, avant le Conseil des ministres, puis une intervention télévisée d'Emmanuel Macron à 20H00, la maire socialiste de Paris a jugé que "si on nous dit que c'est le dernier coup de collier, les Français seront prêts à le faire. Mais il faut le faire en informant", dans la "transparence", a-t-elle ajouté.

Anne Hidalgo a précisé être "bien sûr" favorable à la vaccination des personnels des établissements scolaires, et rappelé son souhait d'une "généralisation des tests salivaires".

La maire du VIIe arrondissement Rachida Dati, opposée, elle, à toute fermeture des écoles en raison des "dégâts" scolaires et psychologiques, a assuré sur France Inter que "l'ensemble des directeurs et des enseignants" de son arrondissement "seront tous vaccinés d'ici la fin de semaine".

Anne Hidalgo a raillé "un effet de manches" des six maires LR qui se sont dits prêts à réserver des créneaux pour vacciner ces personnels sans que cela ait d'incidence selon eux pour les public désignés prioritaires. "Ils n'ont pas plus (de doses, NDLR) dans les arrondissements de droite que dans les arrondissements de gauche de la capitale", l'Agence régionale de santé assurant "une dotation répartie équitablement par rapport au nombre d'habitants", a argumenté Mme Hidalgo.

Elle s'est toutefois dite favorable à ce que "partout dans Paris on puisse, s'il reste des doses, pour ne pas les détruire, prendre les personnes qui arrivent en fin de journée soit chez les médecins soit dans les centres de vaccination", même si elles ne font pas partie des publics prioritaires.