Jeudi 25 mars 2021

Covid: avancer les vacances? Un "ultime recours", répond Attal

POOL/AFP/Archives - Jacques WITT

La proposition de la présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse d'avancer de deux semaines les vacances de printemps pour enrayer la progression du Covid est "utile", mais la fermeture des écoles doit rester "un ultime recours", a estimé jeudi le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal.

"Toutes les propositions sont utiles, surtout quand elles ne nient pas la réalité des faits et qu'elles cherchent à trouver des solutions", a réagi sur France Inter M. Attal.

Mais "il y aurait évidemment un impact et des difficultés pour des familles en termes d'organisation" car "ça implique de fermer les écoles, ce qui a toujours été pour nous, et ce qui reste, un ultime recours, parce qu'on sait le coût éducatif, le coût social", a-t-il rappelé.

"C'est une proposition qui a été formulée hier soir, c'est pas moi, ici, ce matin, en tant que porte-parole du gouvernement, qui vais vous répondre", a-t-il ajouté alors qu'il était relancé sur ce sujet.

Mais "si votre question est de savoir si, hier en conseil de défense quand on a abordé les mesures, on a décidé d'avancer les vacances, la réponse est non", a-t-il dit.

"Je me demande si la bonne mesure ne serait pas d'avancer les vacances scolaires de 15 jours afin de fermer les écoles dès le 2 avril", avait déclaré mercredi à Paris Match Mme Pécresse qui en a fait la proposition au préfet.

Les vacances de printemps sont fixées cette année du 17 avril au 3 mai en Ile-de-France.

"C'est une bonne idée" et "le gouvernement, peu importe d'où qu'elle vienne cette idée, il devrait la retenir", a estimé pour sa part le patron des sénateurs LR Bruno Retailleau au micro de Sud Radio jeudi.