Vendredi 13 novembre 2020

En Inde, le congé paternité d'une idole du cricket applaudi

Relations auditeurs

Idole du cricket en Inde, le capitaine de l'équipe nationale, Virat Kohli, a décidé de prendre un congé paternité malgré d'importants matchs prévus, brisant des tabous sportifs et donnant "un bel exemple" salué par nombre de ses fans même si certains redoutent des points perdus.

La décision de Kohli, 32 ans, est rare dans le domaine sportif où les stars sont souvent sous pression pour garder la priorité à leur pays et leur équipe. Le prédécesseur de Kohli, M.S. Dhoni, avait manqué la naissance de sa fille pendant la Coupe du monde de 2015.

Mais les temps changent. Après la naissance de son deuxième enfant, le footballeur français Anthony Martial avait été mis à l'amende par Manchester United (200.000 euros) pour n'avoir pas rejoint son club lors de la tournée de préparation estivale aux Etats-Unis.

Kohli conduira son équipe en Australie jeudi et la fédération du cricket indien a annoncé qu'il souhaite partir en congé paternité après le premier des quatre test-matchs prévus, afin d'accueillir avec son épouse, l'actrice de Bollywood Anushka Sharma, leur premier enfant en janvier.

"Cela va modifier l'idée que les hommes sont aux abonnés absents lorsqu'il s'agit de prendre soin des autres", pense la cinéaste et écrivaine Paromita Vohra.

"Le message, c'est que la vie personnelle est aussi importante que la vie professionnelle", dit-elle à l'AFP.

Pour Vimarsh Bajpai, spécialiste des relations publiques, "la décision de Kohli va établir un précédent d'importance et mettra en valeur l'importance d'une parentalité égalitaire".

"C'est un bel exemple pour nous tous", commente Pritam Kumar Sinha, gestionnaire de réseau social.

En Inde, il revient le plus souvent aux femmes d'élever les enfants.

- Couches et jambières -

Les fans "devraient apprendre de lui des choses comme l'égalité, l'émancipation et le respect des femmes", renchérit Preetanjali Paul, un gestionnaire de connaissances. "Et tout simplement comprendre comment changer les couches, pas seulement les jambières!".

Le cricket, hérité de la colonisation britannique, est le sport-roi en Inde. Kohli est un modèle pour ses fans qui étudient le moindre de ses gestes.

"C'est une bonne décision", estime l'avocat Animesh Rastogi, "il joue pour le pays mais maintenant il doit jouer le rôle d'un père".

"Cela montre qu'il est désireux de partager les responsabilités parentales", poursuit-il. "Cela va inspirer d'autres hommes et ils comprendront que ce n'est pas seulement aux femmes de s'occuper d'un nouveau-né".

Le couple star Kohli-Sharma est suivi par des millions de personnes sur les réseaux sociaux.

Une vidéo récente montrant Kohli faire signe depuis le terrain à son épouse enceinte pour savoir si elle avait pu manger a fait florès sur les réseaux sociaux durant une récente rencontre de l'Indian Premier League (IPL).

Menée par Kohli, l'équipe nationale indienne a remporté une victoire historique en 2018-19 au Border-Gavaskar Trophy disputé régulièrement avec l'Australie.

Cette fois, Kohli rentrera à la maison après le premier test-match qui débute le 17 décembre à Adelaïde. L'équipe devra faire sans lui pour les trois autres.

Les responsables du cricket australien, privés d'une tête d'affiche, se sont montrés déçus. Certains fans indiens pensent que Kohli aurait dû suivre l'exemple de Dhoni en tant que capitaine.

Vishnu Shankar, responsable bancaire, trouve vital de gagner les séries contre l'Australie qui a repris à l'Inde le premier rang mondial dans le championnat Test.

"Il aurait pu louper au maximum un test-match", confie-t-il à l'AFP. "C'est une décision totalement erronée".

"Rien n'est plus important que le devoir national et Kohli prouve à nouveau qu'il n'est pas un vrai leader", a tweeté un autre fan, Sunil Kalyan.

En Inde, la loi accorde aux femmes un congé de maternité d'une durée de 26 semaines pour leur premier enfant. Il n'existe aucune loi spécifique pour les hommes mais les fonctionnaires gouvernementaux ont droit à 15 jours de congé paternité.