Mercredi 24 février 2021

Incidents à l'OM: 12 supporters condamnés, deux relaxés

Par Sandra LAFFONT

"J'ai suivi bêtement, comme un âne": à l'issue d'une journée de procès pendant laquelle ils ont tenté de se justifier, 12 supporters de l'OM ont été condamnés mercredi pour les violents incidents survenus à la Commanderie fin janvier et deux ont été relaxés.

Onze de ces jeunes hommes ont été condamnés à six mois de prison avec sursis et un 12e, qui avait déjà été condamné pour vol, a écopé de trois mois ferme aménageables.

Compte tenu de leurs peines, les quatre qui ont comparu détenus mercredi devaient être relâchés dans la soirée, et ne cachaient pas leur soulagement après plus de trois semaines de prison.

Ces condamnations sont légèrement plus clémentes que les réquisitions du procureur André Ribes qui avait demandé 4 mois ferme pour le prévenu ayant déjà été condamné et 8 mois avec sursis pour tous les autres.

"Quand vous faites ça, vous n'êtes plus des supporters", avait fustigé le magistrat pour qui l'arrivée "concertée" des manifestants à la Commanderie le 30 janvier laissait "penser que la manifestation ne (pouvait) que dégénérer".

- 87.000 euros de dégâts -

A quelques heures de la rencontre de l'OM contre Rennes qui sera finalement reportée, quelque 300 supporters étaient arrivés à la Commanderie, la plupart habillés de noir, capuche sur la tête. Dans le viseur des fans, échauffés par une succession de résultats sportifs décevants: des joueurs, mais surtout le président du club Jacques-Henri Eyraud, contesté depuis plusieurs mois déjà.

Des incidents éclatent rapidement, devant le centre d'entraînement, mais aussi à l'intérieur, où quelques dizaines de supporters parviennent à pénétrer. Des bureaux sont dégradés, comme des véhicules, des portails ou des clôtures. Sept policiers sont légèrement blessés.

Le club a chiffré le coût des dégradations à au moins 87.000 euros, selon un de ses avocats. La question des 140.000 euros de préjudice moral réclamé par l'OM a été renvoyée mercredi au 25 juin par la présidente du tribunal.

Âgés de 19 à 37 ans, les 14 supporters originaires de toute la France, et pas seulement de Marseille, encouraient 5 ans de prison et 75.000 euros d'amende.

Pendant des heures, ils ont tenté de se justifier mercredi dans une série de dialogues de sourds avec la présidente.

"Je ne pensais pas que ça allait dégénérer autant, j'ai suivi bêtement, comme un âne", a assuré Mehdy, un chômeur de 25 ans en polaire bleue qui reconnaît avoir pris part à la manifestation mais nie toute dégradation.

Denis, un intérimaire de 37 ans, était venu spécialement ce samedi-là de Montceau-les-Mines. Il était incarcéré depuis. "Pourquoi avoir porté des lunettes, une capuche et avoir été vêtu de noir?", lui a demandé la présidente. "J'étais pas un des leaders, j'ai vu la possibilité d'un début de dialogue avec les dirigeants", a rétorqué cet "amoureux" de l'OM.

- "Imbéciles" -

Difficile de savoir qui a fait quoi. L'un a été vu par des policiers jeter des pierres mais a assuré n'avoir "rien lancé". Un autre, interpellé seulement 10 minutes après le début des faits, assure s'être "barré" dès que la situation a dégénéré. Ce directeur-adjoint d'une épicerie, membre des Ultras marseillais, a convaincu le tribunal, qui l'a relaxé.

Un seul, le plus jeune, Romain, 19 ans, habitant un quartier chic de Marseille, reconnaît les faits, notamment la dégradation d'un véhicule banalisé de police. "J'étais débordé par ma passion", explique le garçon, cheveux mi-longs, chemise blanche.

Les avocats de la défenses avaient réclamé des relaxes, faute de preuves matérielles contre leurs clients.

"J'ai plus devant moi la photo de classe d'imbéciles que de voyous", avait argumenté Me Ludovic Para, estimant qu'il manquait aujourd'hui "les gros poissons".

Cinq autres supporters, interpellés une dizaine de jours après les faits, doivent d'ailleurs être jugés le 22 mars, dont le responsable des Ultras (CU84).

Autour du club, la pression n'est pas retombée depuis ces incidents: les six groupes de supporters ont de nouveau demandé de concert le départ de Jacques-Henri Eyraud il y a quelques jours. La direction du club, elle, a menacé de rompre la convention qui les lie à eux.