Samedi 03 avril 2021

L'antre de l'Olympique lyonnais transformé en centre de vaccination XXL

Par Arnaud RICHARD

POOL/AFP - JEAN-PHILIPPE KSIAZEK

"Quand j'ai vu que c'était au stade, j'ai sauté sur l'opportunité. Ca fait si longtemps qu'on y a pas mis les pieds": le Groupama Stadium, antre de l'Olympique lyonnais, s'est mué le temps de quatre weekends en centre de vaccination XXL contre le Covid-19.

Mustapha Mguezzi, 51 ans, attend son tour dans une file de plusieurs dizaines de mètres sur le parvis du grand stade inauguré il y a cinq ans. "J'ai des antécédents cardiaques. Je n'ai pas envie de risquer ma vie", explique ce passionné de foot, dirigeant d'un club local dans le Vème arrondissement de Lyon.

Partout dans la queue bruisse la même question: "C'est du Pfizer ?" -"plutôt du Moderna", indique un agent de l'OL, chargé d'organiser l'attente en fonction des horaires de rendez-vous, avec des créneaux cadencés toutes les 6 minutes.

Plus de 70 salariés du club et de ses entreprises partenaires sont bénévolement venus aider à la logistique et à l'accueil des près de 9.000 personnes attendues pour ce week-end pascal.

Parmi eux, Thibaut Courtaud, informaticien la semaine, qui donne les rendez-vous pour la deuxième dose dans un grand salon du club. "Ca crée du mouvement alors qu'il ne se passe plus grand chose ici", avec la tenue des matches à huis clos, relève-t-il.

"Merci président!", lance, comme un soir de victoire, un supporter aux cheveux blancs au passage de Jean-Michel Aulas.

L'emblématique dirigeant de l'OL, a mis à disposition son stade de 59.000 places jusqu’au début du mois de mai, période pendant laquelle le club septuple champion de France joue à l’extérieur.

"Quand je vois les gens qui viennent se faire vacciner, qui prennent des photos du stade à une époque où tout le monde souffre, c'est un moment de satisfaction", commente l’homme d’affaires face aux tribunes vides.

Dans les loges rouge et bleu de la tribune présidentielle, 70 pompiers du service départemental et métropolitain d’incendie et de secours (SDMIS) ont aligné 38 boxes de vaccinations.

- "C'est pas désagréable" -

Pour Jean-Yves Grall, directeur général de l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes, c'est "un coup d'accélération sur un fond de campagne de vaccination qui monte en puissance".

A côté des bars à champagne où les boîtes de compresses et les flasques de gel hydroalcoolique ont remplacé magnums et coupes, huit élèves infirmiers se chargent de préparer les seringues livrées ensuite par plateaux entiers aux pompiers qui viennent d’être formés aux injections.

"C’est comme si nos infirmiers avaient cinq bras. On a démultiplié notre capacité de vaccination", explique Serge Delaigue, directeur du SDMIS, dont une cinquantaine de recrues ont appris les techniques de piqûre depuis l'aube.

"On a eu trois heures de formation ce matin où on a pu s'entraîner sur des mannequins", raconte Stan Bouchet, pompier volontaire de 20 ans, à Ampuis, dans le sud du Rhône.

Le jeune homme a déjà vacciné une vingtaine de personnes en une matinée sous la houlette d'une infirmière et d'une médecin-cheffe. "J'ai eu un peu d'appréhension pour le premier mais ensuite j'ai pris le rythme et maintenant tout va bien".

"C'est pas désagréable", lance Martine Michsetien, en regardant le jeune sapeur au polo noir ajusté qui lui injecte sa première dose. "La dernière fois que je suis venue ici, c'était pour voir Céline Dion", confie la sexagénaire face à la pelouse en train d'être tondue.

Avec un taux d’incidence la semaine dernière (semaine 12) de 499 cas pour 100.000 habitants, le Rhône est actuellement le département le plus touché par le coronavirus de la région Auvergne-Rhône-Alpes.