Jeudi 11 février 2021

Macron entrouvre l'ENA à des jeunes d'origine modeste

Permettre à quelques jeunes d'origine modeste ou venant des cités d'entrer à l'ENA, tel est l'objectif des annonces que doit faire Emmanuel Macron jeudi à Nantes, une ouverture à la diversité symbolique qui s'inscrit dans ses mesures pour "l'égalité des chances".

Le chef de l'Etat, accompagné de la ministre de la Fonction publique Amélie de Montchalin, est arrivé vers 11h00 à l'Institut régional d'administration (IRA) de Nantes, pour un échange avec des élèves fonctionnaires, des élèves de classe préparatoire intégrée à l'IRA et des lycéens.

Il doit y présenter la nouvelle voie "Talents" réservée à des jeunes d'origines modestes ou des quartiers défavorisés, qui disposeront de quelques places à l'ENA et dans quatre autres écoles de hauts fonctionnaires.

Plutôt que de supprimer l'ENA, comme il l'avait évoqué initialement après la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron a donc choisi de conserver la prestigieuse école dont il est lui-même issu mais d'y favoriser davantage de diversité.

Un millier de places supplémentaires seront créées dans des "Prépas Talents" réservées à ces jeunes, qui recevront une allocation de 4.000 euros. Cinq à dix places dans les cinq écoles concernées leur seront réservées.

"On a besoin de casser l’entre-soi, les corporatismes. Aujourd'hui, c’est une première étape: c’est de changer qui sont les hauts fonctionnaires", a expliqué sur BFMTV jeudi Amélie de Montchalin, à l'origine de ce dispositif déjà voté par l'Assemblée en novembre.

"Ce qui est certain, c’est que ça ne ressemble plus en rien à l'ENA" a-elle dit, en réponse à une question sur la suppression de l'école. "On pourra peut-être changer le nom, on verra", a-t-elle ajouté.

Cette annonce s'ajoutera à une série de mesures destinées à encourager la réussite au mérite et à lutter contre "les inégalités à la racine", un thème cher au chef de l'Etat.

Emmanuel Macron profitera de ce déplacement pour illustrer l'application sur le terrain du plan de relance, en allant ensuite visiter une usine du groupe Aplix, au Cellier, à 30 km de Nantes, spécialisé dans les attaches rapides auto-agrippantes et qui doit bénéficier de fonds pour sa modernisation.

Vendredi, le chef de l'Etat poursuivra son agenda "égalité des chances" en donnant le coup d'envoi de la plateforme "Anti Discrimination" qu'il a annoncée en décembre, qui permettra de signaler des cas de discrimination par internet et par téléphone, au 3928. Gérée par la Défenseure des droits et des associations, elle comprendra une dizaine de juristes spécialisés.