Samedi 30 janvier 2021

Plan pour les métiers du grand âge: le gouvernement fait un point d'étape

La ministre déléguée chargée de l'Autonomie Brigitte Bourguignon a fait un point d'étape samedi lors d'une visite à Bordeaux sur le plan d'action pour les métiers du grand âge et de l'autonomie, dont fera partie une très attendue loi "grand âge et autonomie" quand la situation sanitaire le permettra.

Le premier axe de travail depuis le lancement de ce chantier il y a six mois a consisté à organiser un rapprochement entre les agences Pôle Emploi et les agences régionales de santé (ARS) afin de répondre "aux besoins urgents en matière de ressources humaines" dans les Ehpad ou pour les aides à domicile, écrit la ministre dans un communiqué.

Ce rapprochement a produit "de très bons résultats", explique-t-elle, indiquant que 82% des offres d'emploi en Ehpad ont ainsi pu être satisfaites et 80% de celles concernant les aides à domicile.

Brigitte Bourguignon a aussi insisté sur la nécessité de développer "des capacités de formation" pour les travailleurs du secteur. Cela passera par "un développement du nombre de places en formation initiale et une réforme des principaux diplômes d'Etat sur le secteur" (aide-soignant et accompagnant éducatif et social).

Un troisième axe de ce plan est "la promotion de la qualité de vie au travail", avec un projet porté par la caisse nationale d'assurance maladie et qui est en cours de finalisation.

Enfin, les salaires des métiers du grand âge doivent être revalorisés "comme reconnaissance de l'utilité sociale de ces métiers, et pour susciter des orientations vers ces carrières", ajoute le communiqué, sans plus de précisions.

"D'ici 2025, notre population comptera un million de personnes âgées supplémentaires, dont 100.000 qui seront en situation de perte d'autonomie", est-il indiqué. Cela "rend d'autant plus nécessaire la revalorisation de ces professions".

Outre ces mesures règlementaire, une loi réformant les métiers du grand âge est en préparation et sa "rédaction est en cours de bouclage". Elle sera présentée lorsque "la crise sanitaire le permettra", avait précisé Mme Bourguignon le 20 janvier.

Cette loi est attendue impatiemment par les professionnels du secteur qui s'étaient émus d'un nouveau report, alors que le texte est constamment repoussé.