Mercredi 07 avril 2021

Sécurité globale: ultime feu vert du Sénat

AFP/Archives - Anne-Christine POUJOULAT

Le Sénat dominé par l'opposition de droite a donné son ultime feu vert mercredi à la proposition de loi controversée sur la "sécurité globale", et son article 24 réécrit par ses soins, avant le vote final de l'Assemblée nationale prévu le 15 avril.

La proposition de loi a été adoptée par 241 voix pour (LR, centristes, RDPI à majorité radicale, Indépendants) et 98 contre (PS, CRCE à majorité communiste et écologistes). Le groupe RDSE à majorité radicale s'est partagé entre abstentions, votes contre et votes pour.

Députés et sénateurs étaient parvenus à un accord le 29 mars sur ce texte LREM renommé "Loi sécurité globale préservant les libertés".

Le président du Sénat Gérard Larcher (LR) avait salué "une victoire pour le Sénat dont près de 80% des amendements ont été retenus".

C'est en particulier le cas de la nouvelle rédaction de l'article 24, qui doit protéger les forces de l'ordre en opération, mais a cristallisé les critiques.

Dans la lignée de ce qu'avait voté le Sénat, les parlementaires réunis en commission mixte paritaire (CMP) ont acté la création dans le code pénal d’un délit de "provocation à l'identification". Il n'est plus fait référence à la loi de 1881 sur la liberté de la presse.

"Face aux menaces de mort dont sont trop souvent victimes nos forces de l'ordre, nous renforçons leur protection en créant un nouveau délit à la provocation à l'identification d'un agent en intervention", s'est félicité le chef de file des députés LREM Christophe Castaner.

Recours facilité aux caméras piétons des policiers, aux drones lors des manifestations, et aussi création d'une police municipale à Paris et élargissement des pouvoirs des agents de police municipale: la proposition de loi des députés LREM avait été largement mise en musique par le ministère de l'Intérieur, au diapason des syndicats de policiers.

Pour la ministre chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, "c'est un texte de confiance envers les élus de terrain", avec une ambition "de démultiplication territoriale de sécurité". C'est aussi "un texte de fermeté", a-t-elle souligné.

Parmi les autres apports du Sénat figure la limitation "aux infractions les plus graves" de "la suppression des crédits de réduction de peine pour les auteurs d’infractions commises à l’encontre d'un élu, d'un policier ou d'un gendarme".

La chambre haute a apporté "des ajouts robustes juridiquement (...) et dans une vraie exigence de préservation des libertés publiques", a affirmé le corapporteur centriste Loïc Hervé.

Le texte a suscité une forte mobilisation de la part des organisations de défense des libertés et syndicats de journalistes, ainsi que de la gauche, tous jugeant ce texte "liberticide".

Laurence Harribey a déjà annoncé que le groupe PS saisirait le Conseil constitutionnel sur ce texte "porteur de dérives".