Lundi 18 janvier 2021

Tout juste adoptée, la "charte des principes" de l'islam soulève des interrogations

Par Caroline TAIX

Sous pression de l'exécutif, le Conseil français du culte musulman (CFCM) a adopté une charte inédite rejetant "l'islam politique" et les "ingérences" étrangères mais dont l'application soulève de nombreuses interrogations.

La "charte des principes" de l'islam de France représente "un engagement net, clair et précis en faveur de la République", s'est félicité Emmanuel Macron, selon l'Elysée, après avoir rencontré des responsables du CFCM, lundi en milieu de journée.

La charte a été présentée alors que les députés ont entamé, le même jour en commission, les débats sur le projet de loi contre le séparatisme.

Cette charte avait été demandée mi-novembre par Emmanuel Macron aux dirigeants du CFCM. Depuis son discours contre le séparatisme et l'islam radical début octobre, et encore plus depuis l'assassinat de Samuel Paty et l'attentat de Nice, le chef de l'Etat a accentué la pression sur les instances dirigeantes de l'islam en France afin d'avancer vers une réforme.

Sur le perron de l'Elysée, Mohamed Moussaoui, le président du CFCM, a salué "l'unité retrouvée" au sein du CFCM, composé de neuf fédérations et encore récemment plombé par des dissensions internes. Il a salué "le pas historique que vient de franchir l’islam de France".

"Nous avons réaffirmé au président notre volonté de mettre en place le conseil des imams dans les plus brefs délais pour pouvoir commencer le vrai travail, celui d’agréer les imams, clarifier leur statut, leur mission, et protéger l’imamat des auto-proclamés", a-t-il encore dit.

Trois fédérations, dont l'association Foi et Pratique (ultra-rigoristes du Tabligh), n'ont cependant pas signé le texte, a reconnu M. Moussaoui, parlant de "quelques petites nuances sur lesquelles elles souhaitent consulter leurs instances". Ibrahim Alci, de la fédération CCMTF, proche de la Turquie, qui est également vice-président du CFCM, a indiqué à l'AFP avoir demandé des modifications. "Dès que cela sera possible, on signera", a-t-il assuré.

La charte, qui doit poser les bases pour la création d'un Conseil national des imams (CNI), qui sera chargé de "labelliser" les imams exerçant en France, contient dix articles. "Aucune conviction religieuse ne peut être invoquée pour se soustraire aux obligations des citoyens", indique le préambule.

Le texte doit être partagé "avec l'ensemble des acteurs de l'islam de France, notamment au niveau local", explique le CFCM dans un communiqué lundi soir. Avec pour but de recueillir "leur appréciation" et "d'apporter d'éventuelles améliorations".

- Déclaration d'intention -

Le sixième article, probablement le plus sensible, est consacré au "rejet de toutes les formes d'ingérence et de l'instrumentalisation de l'islam à des fins politiques". "Les signataires doivent rejeter clairement toute ingérence de l’étranger dans la gestion de leurs mosquées et la mission de leurs imams", est-il également écrit.

Cette charte "est une déclaration d'intention très louable", a réagi auprès de l'AFP l'essayiste Hakim El Karoui, auteur de "L'islam, une religion française" (Gallimard). Il met en avant "le paradoxe" du CFCM, composé de "cinq fédérations financées par des pays étrangers" et "trois fédérations islamistes": "la charte a été adoptée par des gens qui ont des intérêts en contradiction avec le texte", résume-t-il.

Hakim El Karoui questionne aussi le respect de la charte: "les fédérations sont juges et parties alors qu'il faudrait un collège indépendant chargé de vérifier" son application.

"Cette idée de charte, c'est quand même une verticalité. Il n'y a pas d'équivalent dans d'autres pays, ni même pour d'autres cultes en France", relève Franck Frégosi, spécialiste de l'organisation de l'islam en France, directeur de recherche au CNRS. "Est-ce un texte pour répondre aux besoins des autorités en urgence, ou un texte pour servir les principaux responsables religieux et les imams qui n'ont de toute façon pas été associés à la rédaction de ce texte ?", s'interroge le chercheur.

"Je ne suis pas sûr que ce texte, même une fois signé, fasse l'unanimité dans l'islam des territoires, celui qui ne se reconnait pas dans le CFCM considéré comme une organisation de notables déconnectée du terrain", poursuit Franck Frégosi.

Les plus vives critiques viennent en effet des imams eux-mêmes. "Le CFCM n'a aucune emprise (...) sur la réalité des musulmans de France; il doit rester sur l'aspect logistique et organisationnel. La liturgie, la pastorale et l'éthique doivent rester aux religieux", explique l'imam de la mosquée de Bordeaux, Tareq Oubrou.

"Et maintenant on va demander aux imams de se plier à cette doctrine de laquelle le CFCM a accouché sans les consulter. Ce sont les savants et théologiens musulmans qui doivent accoucher d'un texte et ensuite le soumettre au CFCM pas le contraire", plaide l'imam.

ctx-dar-nk-tib/dlm